Actualités

Prairies permanentes : les Hauts-de-France toujours en régime très encadré

 
 
Prairies permanentes : les Hauts-de-France toujours en régime très encadré

Le maintien des prairies permanentes est un enjeu important pour l’agriculture des Hauts-de-France, tant en termes économiques, que sanitaires et environnementaux. Ces prairies sont propices au maintien d’une agriculture diversifiée, qui est une force pour la région. Ce sont également des milieux qui abritent des habitats riches de biodiversité, qui jouent un rôle de filtration contribuant à préserver la qualité de l’eau et qui préviennent la survenance de certains risques naturels dont l’érosion.

Le maintien des prairies permanentes est l’un des trois critères en faveur de l’environnement permettant aux agriculteurs de bénéficier du « paiement vert » de la PACPolitique agricole commune. Un ratio régional est calculé chaque année pour suivre et piloter l’évolution des surfaces en prairies permanentes. Il permet de constater l’évolution de la part de surfaces en prairies permanentes par rapport à la surface agricole totale entre l’année de référence (2012) et l’année en cours.

Si ce ratio se dégrade de plus de 5 %, la région est placée en régime d’interdiction de retournement de prairies et d’obligation de réimplantation de surfaces. Si la dégradation est comprise entre 2,5 % et 5 %, ce qui a été le cas pour la région Hauts-de-France en 2017 (avec un taux d’évolution de 4,68 %), la région est soumise à un régime d’autorisation. Dès lors, tout retournement de prairies permanentes doit faire l’objet d’une autorisation. La demande d’autorisation est instruite par la direction départementale des territoires et de la mer (DDT-M). Une telle autorisation n’est possible que pour certains cas bien précis, fixés par un arrêté national : les agriculteurs reconnus en difficulté (Agridiff avec plan de redressement arrêté), les éleveurs ayant plus de 75 % de prairies permanentes sur leur exploitation et souhaitant en retourner une partie pour gagner en autonomie fourragère (sans toutefois passer en dessous des 75 %) et les nouveaux installés (dans la limite maximum de 25 % des prairies présentes sur l’exploitation au moment de leur installation).

Pour l’année 2018, un nouveau constat sera effectué à la lumière des déclarations PACPolitique agricole commune qui viennent de se terminer. A priori, il est quasiment certain que la région sera cette année encore dans un régime très encadré, d’autorisation, voire d’interdiction.

Dès lors, tous les agriculteurs qui exploitent des surfaces dans la région sont invités à la plus grande prudence. Tout retournement effectué à partir du 16 mai 2018 doit faire l’objet d’une autorisation (sous réserve que la région ne passe pas en régime d’interdiction). Dans cette perspective, comme en 2017, il est très probable que la surface qui pourra être effectivement retournée soit de l’ordre de quelques centaines d’hectares seulement. Cette année encore, seul un nombre très limité de retournements pourront donc être accordés.