Réchauffement climatique : le constat scientifique

Réchauffement climatique : le constat scientifique

 
 

En octobre 2018, le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) a publié son dernier rapport sur les risques liés à l’augmentation de la température de l’atmosphère à 1,5°. Ce document met en garde la population sur les catastrophes naturelles qui pourront apparaître ainsi que sur leur intensité. Ainsi, l’augmentation de la température à 1,5° causerait des problèmes sanitaires (maladies transmises à cause des moustiques, manque d’eau), des événements climatiques plus intenses (inondations de plus en plus importantes, sécheresses de plus en plus sévères, canicules, tempêtes,…) et des problèmes sociaux liés à ces bouleversements (hausse de l’immigration, guerre des ressources,…).

Pour limiter les dégâts liés à ce réchauffement de la planète, le seuil de +1,5° ne doit pas être dépassé mais les experts prévoient déjà une hausse à plus de 2° si les actions menées pour réduire l’émission de dioxyde de carbone (principale cause du réchauffement climatique) ne sont pas suffisantes. La différence de 0,5° peut sembler insignifiante alors que celle-ci multiplierait au moins par 2 les risques déjà connus pour une augmentation à +1,5°. Ainsi, un réchauffement de la planète à plus de 2° multiplierait par 2 la perte des écosystèmes ou le risque du manque d’eau.

À noter également que lorsqu’on parle de +2°, on évoque une moyenne et non une augmentation uniforme sur toute la planète. Ce qui signifie que certains territoires connaîtront des variations de températures à plus de 2° au-dessus de la normale pendant que d’autres verront leurs températures anormalement basses.

D’autre part, chaque année en moyenne, nous produisons environ 40 milliards de tonnes de CO2. La moitié de ces émissions reste dans l’atmosphère ce qui signifie que malgré la mise en place d’actions en faveur d’une réduction de la pollution atmosphérique, nous subirons les dégâts créés par la pollution créée il y a des années. Les impacts de la pollution ne sont pas immédiats, c’est pourquoi il est d’autant plus important d’agir rapidement afin éviter d’accroître les effets néfastes du réchauffement climatique.